Le développement du surf pour les femmes

développement du surf féminin

Le développement du surf pour les femmes est de plus en plus présent. Petit retour en arrière, ce sport est pratiqué depuis le 15ème siècle sur les îles hawaïennes. Toute la population pratiquait ce sport, puis il s’est développé partout dans le monde. Cependant, à cette époque, il était très rare de voir une femme surfer. Petit à petit, la femme a pris sa place dans ce sport, avec difficulté, car la plupart des personnes associait le surf féminin au « canon de beauté » et on ne parlait quasiment pas de leur niveau. On peut le remarquer à travers la création d’épreuves féminines que la mentalité change.

Le surf féminin, le loisir et la compétition

La première compétition arrive dans les années 1977, pour qu’apparaisse le premier tour féminin. On peut dénombrer quelques femmes qui ont beaucoup apporté au sport et à la place de la femme. Margo Oberg, qui est une surfeuse américaine, elle a gagné la première WCT (World Championship Tour) en 1977. Lisa Andersen, c’est une surfeuse américaine qui avec la place du sport féminin professionnel dont elle n’en était pas satisfaite à décider de concourir sur le circuit professionnel masculin, afin de prouver que le niveau de la femme n’a pas à rougir face à celui des hommes.

Durant les années 2007, Stéphanie Gilmore est une jeune surfeuse avec un grand talent, elle gagne le WTC et enchaîne les titres jusqu’en 2010. On remarque que c’est à partir de ces année-là que le surf féminin professionnel a pris une toute autre direction.

L’évolution de la femme dans le surf

Aujourd’hui d’après des données de l’ISA (International Surfing Association) et le média Surfing Australia, le nombre de surfeurs actifs s’estiment entre 17 et 35 millions. La part de femmes ne serait que de 19%. Toutefois, une étude de 2007, nous indique que la proportion de femmes est passée de 19 à 33%, plutôt rassurant.

En France, les femmes représentent environ 40% des licenciés de la FFS. On peut dire qu’il est beaucoup plus simple aujourd’hui pour une femme de se trouver une copine de session contrairement à auparavant.

La WSL annonçait en 2018 qu’elle voulait que les femmes et les hommes disposent du même salaire, cela permettrait de développer la pratique du surf auprès des femmes.

Une image de la surfeuse mannequin ?

Effectivement, aujourd’hui, le problème principal des marques est de vouloir mettre en avant les physiques des femmes surfeuses plutôt que leur niveau. Silvana Lima, une surfeuse pro du Brésil a affirmé à la BBC

« Les marques de surf veulent à la fois des mannequins et des surfeuses. Si vous ne ressemblez pas à un mannequin, vous vous retrouvez sans sponsor, et c’est ce qui m’est arrivé. Vous êtes exclue, à jeter. Les hommes n’ont pas ces problèmes. » https://www.youtube.com/watch?v=n9RyQJo-tms&feature=emb_title La sortie de cette campagne de promotion « My Bikini » est plutôt favorable pour les femmes, on peut remarquer un changement, certes l’aspect beauté est toujours présent, marketing oblige. Mais, la pratique du surf, du sport est réellement mise en avant. Nous pouvons remarquer que les campagnes publicitaires s’axent de plus en plus vers le sport et la beauté. Auparavant, c’était uniquement la beauté, les marques cherchaient des mannequins surfeuses.

En espérant que ce changement va durer, les femmes prennent + de place dans notre sport, et tant mieux !

Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *